Petite histoire du Web :

tree-200795_640

La préhistoire du web ou l’invention du réseau :

Le web trouve ses racines dans le travail de quelques pionniers (Paul Otlet, Vannevar Bush, les communautés de hackers…) qui ont pour ambition commune de permettre un accès aisé, libre et ouvert à l’ensemble des connaissances. Cette ambition trouve sa concrétisation dans les travaux de quelques universitaires, financés par l’armée américaine. Ces chercheurs inventent successivement le réseau : Arpanet, en 1969 ; puis, le réseau des réseaux : Internet et son protocole TCP/IP, en 1984. Associant les ressources des télécommunications et des ordinateurs, serveurs et clients, Internet est destiné à l’échange d’informations multimédias, de messages électroniques.

Le premier âge du web ou le web des documents :

C’est sur ce réseau qu’est venu se greffer, en 1991, le web. Il s’agit d’un outil logiciel multimédia et hypertexte, mis au point par Tim Berners Lee au CERN, permettant d’effectuer des recherches de tous types sur le réseau, d’accéder à l’information et de la visualiser. Cette interface graphique, accessible via un navigateur, a permis l’explosion de l’internet grand public. Le web 1.0 s’est organisé selon un schéma statique et pyramidal (du webmaster vers les internautes), sur le modèle de la vitrine. Avec le développement des pages et documents web, émerge la problématique de l’organisation et de la recherche de l’information disponible. Plusieurs approches coexistent : des premiers annuaires (Yahoo) aux moteurs de recherche (Altavista, Google). Les marchands perçoivent rapidement l’intérêt de ce système. La publicité fait irruption sur la toile et les premiers sites marchands se mettent en place (Amazon en 1995).

Le deuxième âge du web ou le web des usagers :

Les progrès des langages informatiques et la création en 1998 de l’XML (Extended mark up language) marquent une étape supplémentaire dans le développement du web. En 2004, Tim O’Reilly (éditeur) propose l’expression « web 2.0 » pour décrire le basculement vers un web dynamique, interactif. Sur les couches supérieures du web, une plateforme de services se développe, constituée d’une multitude d’applications, souples, ergonomiques, qui favorisent les interactions. Les usagers ne sont plus seulement ceux qui reçoivent et lisent les documents, mais aussi ceux qui écrivent (wiki, blogs), commentent (Twitter), mixent (flux RSS) et promeuvent (Facebook) des contenus de plus en plus stockés dans les « nuages » (cloud computing). Avec cette dynamique de valorisation des échanges, les usages mobiles se développent, via de nouveaux terminaux (Smartphones). Ces usages induisent aussi de nouvelles logiques d’exploration du web. Les utilisateurs s’appuient désormais autant sur les moteurs de recherche que sur les recommandations des internautes pour accéder aux informations. De grandes sociétés de services se sont ainsi appropriées l’environnement « web 2.0 » et cherchent à fidéliser les usagers pour collecter et exploiter leurs données personnelles, nouvelle monnaie d’échange.

Le troisième âge du web ou le web des données :

« Web 3.0 » (Jeffrey Zeldman), « web sémantique » (Tim Berners Lee), « web symbiotique » (Joël de Rosnay), force est de constater que les derniers développements du web ne génèrent pas de consensus clair sur ce qui fait sa spécificité. On peut toutefois souligner quelques grandes tendances qui dessinent déjà assez nettement le web de demain.

Ce web en évolution s’est recentré sur les couches profondes du réseau et en particulier sur les données. Pour les tenants du web sémantique, il s’agit en effet de connecter les données, à l’aide des standards XML et RDF, pour apporter des réponses contextuelles aux internautes et permettre un accès formalisé aux connaissances. Ces données à connecter connaissent aujourd’hui une spectaculaire explosion : on parle désormais de « big data ». Or, cette explosion est en partie liée à l’imbrication de plus en plus fine du web avec la réalité. On assiste ainsi à l’émergence d’une réalité dite « augmentée ». Il ne s’agit pas seulement du développement d’environnements 3D, bientôt intelligents et commandés par le geste et la voix, mais surtout du déploiement des objets connectés. Depuis les capteurs qui jalonnent désormais les « villes intelligentes » aux lunettes et montres connectées, ces objets se multiplient. Ils offrent la possibilité de tout quantifier et de tout évaluer : la pollution émise, les calories consommées, le stress ressenti, les kilomètres parcourus, et ce faisant, génèrent toujours plus de données. L’objectif est bien sûr de mettre en corrélation ces « big data » afin de calculer, d’analyser et de mieux comprendre le monde.

Ce web des données en devenir suscite toutefois un certain nombre de questions : Quel bénéfice réel peut-on attendre de l’exploitation des big datas ? Quels sont les acteurs capables de traiter ces masses gigantesques de données et pour servir quels objectifs ? Comment protéger nos données personnelles de ce traitement, en particulier les données sensibles ?

Sources :

BARRAULT Pierre-Edouard. Le web: une histoire en 3 actes, Blog hypothèse : Introduction à l’architecture de l’information, 19/11/2013. URL : http://archinfo01.hypotheses.org/623

BRUYERE Sébastien et al., Le Web 3 : état des lieux et perspective d’avenir, Les Infostratèges. 12/09/2011. URL : http://www.les-infostrateges.com/article/1109383/

CAVAZZA, Fred, Vers un web 3.0 ?, Fredcavazza.net. 18/11/2006. URL : http://www.fredcavazza.net/2006/11/18/vers-un-web-30/

DE ROSNAY, Joël, Voyage vers le futur du web et la singularité, Conférence filmée à TEDxParis. 12/02/2010. URL : http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=oIixUDub1CM

ERTZSCHEID Olivier, Bienvenue dans le “world wide wear” [En ligne], Libération, 4/11/2013. URL : http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2013/11/04/bienvenue-dans-le-world-wide-wear_944431

LE CROSNIER Hervé. Histoire de l’Internet. Canal U, Cours commun de culture numérique. 09/2014. URL : http://www.canal-u.tv/video/centre_d_enseignement_multimedia_universitaire_c_e_m_u/02a_histoire_de_l_internet_cn14_15.15819 ; http://www.canal-u.tv/video/centre_d_enseignement_multimedia_universitaire_c_e_m_u/02b_histoire_de_l_internet_suite_cn14_15.15820

O’REILLY Tim, What is web 2.0, Oreilly.com. 30/09/2005. URL: http://www.oreilly.com/pub/a/web2/archive/what-is-web-20.html

PERES Philippe, Vers un web 3D, Blog : Web, 3D et innovation. 5/06/2008. URL:http://pperes.wordpress.com/?s=vers+un+web+3+D

PISANI Francis, Web 3.0: définitions, Blog Le Monde. 10/07/2007. URL : http://pisani.blog.lemonde.fr/2007/10/07/web-30-definitions/

SALAÜN, Jean Michel. Vu, lu, su, les architectes de l’information face à l’oligopole du web. La Découverte. 2012.

SIEJKA Monica et al. L’information, clés pour le futurDocumentaliste-Sciences de l’Information 4/ 2013 (Vol. 50), p. 26-37. URL : www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2013-4-page-26.htm. DOI : 10.3917/docsi.504.0026

SPIVACK Nova, Web 3.0 — The Best Official Definition Imaginable, Nova Spivack minding the planet. 04/10/ 2007. URL: http://novaspivack.typepad.com/nova_spivacks_weblog/2007/10/web-30—-the-a.html

Publicités

2 réponses à “Petite histoire du Web :

  1. Pingback: Un (E-) portfolio… ? | E-Portfolio Clémence Jacq·

  2. Pingback: Mooc MPSW : Le Web | E-Portfolio Clémence Jacq·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s