MOOC EMI DIY – Session Pourquoi ?

Journal de bord – La liberté d’expression, les droits de l’homme et l’EMI :

Pour cette 2ème saison, le Mooc DIY consacré à l’EMI s’est enrichi : cette session fait écho aux évènements de janvier et comporte de nombreuses ressources pertinentes sur la liberté d’expression.

DUDHAu cours de cette session, j’ai pu me replonger dans les textes fondateurs de la liberté d’expression. Je travaille régulièrement avec les élèves sur la DDHC et la DUDH. Par contre, j’ai redécouvert la déclaration européenne des droits de l’homme. Les animations de ces deux textes disponibles sur Youtube sont très bien conçues ! Je garde les références pour aborder ces textes en classe. Je retiens tout particulièrement l’image sur le droit à la vie privée qui fait écho à l’actualité législative récente. Ce point est d’ailleurs difficile à aborder avec les élèves en classe : Où se situent les frontières entre la vie publique et la vie privée ? Sont-elles redéfinies avec le web et les réseaux sociaux ?

L’éducation aux médias et à l’information est au cœur des enjeux de l’éducation au sens large. Je retiens ici une deuxième image de la DUDH : « l’éducation doit favoriser la paix et la compréhension entre toutes les nations ». Une meilleure compréhension de la liberté d’expression, de ce qu’elle recouvre, en France et dans le monde doit nécessairement y contribuer. Concernant les finalités de l’éducation, je pense à une vidéo de Sir Ken Robinson sur la créativité. Il identifie 4 finalités à l’éducation (économique, culturelle, sociale et individuelle). L’EMI est à mon sens une des voies à privilégier vers ces 4 finalités.

L’EMI est l’occasion de donner aux élèves la possibilité d’expérimenter la liberté d’expression dans un cadre conçu pour favoriser et développer leurs apprentissages. Ainsi, il est essentiel de leur donner, à cette occasion, la possibilité de s’exprimer sur les controverses contemporaine. J’ai pu observer dans mes différents établissements un besoin d’expression exacerbé après les évènements du 7 janvier. Les élèves doivent pouvoir exprimer leur ressenti, leurs interrogations, confronter leurs points de vue et participer ainsi au débat public. Cependant, le cadre doit être pensé avec soin car les controverses liées à la liberté d’expression (je pense par exemple au débat sur Charlie Hebdo / Dieudonné) sont particulièrement sensibles avec un public adolescent. Le risque est de voir se cristalliser des conflits latents. Une séquence pédagogique sur les controverses doit donc permettre aux élèves de travailler sur l’évaluation de l’information, l’analyse des discours et des arguments afin de mieux construire leur point de vue et d’être capable de le justifier. Je renvoie ici vers un billet de blog d’une prof doc : l’Odyssée d’Ln. Elle y analyse de façon très fine les objectifs informationnels, médiatiques et éthiques de l’enseignement des controverses.

Mon objectif en suivant ce MOOC est d’être mieux armée pour me lancer dans des projets d’EMI avec mes collègues. J’espère :

  • y trouver des idées à développer et à adapter à mon contexte professionnel,
  • Mieux identifier des objectifs opérationnels et des moyens de les atteindre,
  • Exercer un regard critique sur mes mises en œuvre, et ainsi améliorer ma pratique.

Mon rapport aux réseaux sociaux et au web a d’abord été théorique, via les écrits de Louise Merzeau, d’Olivier Le Deuff ou d’Olivier Ertzscheid, notamment sur la documentation de soi, la présence numérique et ses enjeux. J’ai donc pris conscience de l’importance de développer une « présence numérique » assumée avant d’expérimenter par moi-même. Je me suis créé des comptes récemment et je suis encore dans une phase d’expérimentation des potentialités des réseaux et du web. En règle générale, je reste assez timide dans ma prise de parole sur les réseaux sociaux, et je les utilise peu à titre personnel. J’exploite surtout mes différents comptes (Facebook, pearltrees, twitter, evernote…) pour faire de la veille dans un contexte universitaire et professionnel. J’ai déjà été amenée à travailler avec et sur des réseaux sociaux (Edmodo, Babelio) dans le cadre de projets d’EMI. L’inscription de ces usages dans le cadre de projets pédagogiques définis (défi lecture, réalisation d’un média scolaire) permet une très efficace analyse critique et un usage raisonné avec les élèves. La distinction entre usage des outils numériques dans le cadre d’une discipline et dans le cadre de l’EMI me semble essentielle, et à établir d’emblée dans le cas d’un projet en collaboration avec un enseignant de discipline.

Voici la feuille de route de mon projet d’EMI pour les deux premières sessions :

Feuille de route 1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s